Amalgame

Dans un lointain royaume rempli de vide
Un jeune enfant naissait
Il est venu à partir de rien,
Le même rien qui régnait autour

Très vite, la peur le saisit
Il était seul abandonné
Puis vint de nulle part
Une jeune femme au regard doux

Cette créature pleine de sagesse
Calma les craintes du jeune enfant
Il resta émerveillé devant elle
Gardant en tête qu’il y aurait une suite

Car avec l’innocence et la sagesse
Il fallait la force, la bravoure
Un grand homme apparut
A la carrure imposante

Il semblait fort et courageux
Et pouvait avec certitude
Protéger des nombreux dangers
Ce monde de rien et ses occupants

Mais ces trois êtres plein de bonté
Ne virent pas arriver le froid
Le même qui emplissait leur sein
Car le mal est partout

Apparut alors une ombre noire
Amenant avec elle la peur et la mort
Tous les vices cachés du monde
Le malheur de ce monde de rien

Cependant, ils s’arrangèrent
Et vécurent en harmonie
Mais lorsque le désespoir est là
Le mal envahit le monde de rien

Alors ce monde-là,
Bien que bâti sur des chimères
N’a comme seul salut
Que la preuve qu’un autre monde

Un monde qui, bien que froid,
Trouverait le moyen de les sauver
Apportant la chaleur dans leur cœur
Pour qu’ils fusionnent enfin

Le monde de rien deviendra tout
Et se familiarisera avec son voisin
Jusqu’au jour où les deux semblables
Finiront par s’unir par leurs sentiments

Posted in Lyrisme | Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *