Geekopolis 2013 – Atelier d’écriture

Lors de la convention Geekopolis qui a eu lieu les samedi 25 mai et dimanche 26 mai, un atelier d’écriture a été organisé par l’association Présences d’Esprits qui essaie de rassembler des amateurs de science-fiction, de fantastique et de fantasy de tous horizons (sic).

Le but de cet atelier était d’écrire, en une heure, une scène tournant autour d’au moins un des thèmes suivants :

– Potée de haricots magiques et chorizo fumant,

– Mal de l’espace et trou de ver,

– La licorne est enragée.

Au cours de l’écriture, les organisateurs demandaient au hasard un nom d’objet à un des participants. Cet objet devait ensuite être intégré dans l’histoire. Ce qui a donné : gourdin, paire de lunettes, épée, pomme et serpillère.

Ce qui va suivre est la courte scène que j’ai écrite durant cet atelier. Il faut savoir que pour ce faire, j’ai repris en partie une idée d’histoire qui me trottait dans la tête depuis un petit moment.

***

Samia et Marius s’éloignaient lentement de leur planète d’origine. Pour atteindre le lieu de la mission qui leur avait été confiée, ils n’avaient pas d’autre choix que d’utiliser plusieurs passages. Marius appréhendait déjà la manœuvre qui allait suivre.

– Pourquoi faut-il toujours que la fédération nous envoie en mission aux confins de l’univers ?

– Parce que c’est là que sont les planètes inexplorées, frangin. C’est notre boulot, je te rappelle : explorer. Et nous ne sommes pas mal payés, c’est déjà ça.

– Ils devraient plutôt investir dans la recherche et le développement, au mieux pour trouver une autre méthode de transports que les trous de ver, au pire pour trouver de quoi en annuler les effets indésirables.

Il rehaussa ses lunettes avec une grimace, se disant qu’après de nombreux siècles de progrès technologiques, les humains étaient toujours incapables de fabriquer des lunettes qui tenaient correctement sur le nez. Cette pensée lui fit soudainement douter des réelles compétences de ses confrères ingénieurs.

Samia souffla d’exaspération, tandis qu’elle faisait l’inventaire de son armement. Elle eut un petit sourire en constatant que ses chouchous, le gourdin rétractable et le sabre ionique, étaient bien rangés à leurs places.

Elle prêta à nouveau son attention à son frère.

– À chaque mission, c’est pareil ! Tu râles, on passe quand même, tu vomis un bon coup, après ça va mieux et tu oublies. Allez courage !

Marius fit la moue. Mais sans le reconnaître, il se dit que sa sœur avait sûrement raison, comme toujours. Il enclencha la procédure, définit la destination. Son ordinateur de bord prit le temps de calculer la trajectoire, opération qui avait tendance à rendre le jeune scientifique nerveux. Puis, l’ordinateur eut fini de calculer et le déplacement se fit aussi soudainement que d’habitude. Dès l’arrêt, comme à l’accoutumée, Marius ne put s’empêcher de vomir.

Samia le charria :

– Je te l’avais bien dit. Allez, prends une pomme dans la réserve, ça te requinquera !

– Non merci, je n’ai pas très faim là.

– Mange ! Et après tu passeras la serpillère, tu seras gentil !

Posted in Concours et ateliers d'écriture | Leave a comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *